Consommation d’eau : notre empreinte cachée

“Ce n’est que lorsque le puits s’assèche que l’on découvre la valeur de l’eau »

– proverbe écossais

Haha ! Il l’air mystérieux comme ça, ce titre, hein ! Bon, je n’ai pas été vraiment présente (pas du tout même…) ces derniers mois, je m’en excuse. Ceux qui me suivent sur Insta, savent que je n’arrivais pas à avoir la motivation à partager quoi que ce soit, à écrire… Je me suis sentie très en colère, désemparée, bref, pas dans le mood ! Ça revient petit à petit, et aujourd’hui, j’avais envie de parler un peu de notre consommation d’eau ! Je sais pas si c’est la pluie dehors, ça doit m’inspirer…

D’abord, parlons de l’eau en général. L’eau des mers, océans, fleuves, rivières,… représente 71% de la surface de notre planète. Ça fait à peu près 1 milliard de km3… Bref, ça fait beaucoup beaucoup d’eau ! Sauf que 97.5% de cette eau est salée ! Tout de suite, ça en fait vachement moins, hein ! Surtout que toute l’eau que l’on utilise est de l’eau douce. Donc finalement, pour toute notre activité humaine (et y en a un paquet), on ne peut utiliser que 2.5% de l’eau disponible…

L’empreinte eau

Qu’est-ce que l’empreinte eau ? En fait c’est la quantité totale d’eau que l’on utilise chaque jour.

Ce que l’on croit consommer

L’empreinte « visible » correspond à notre consommation quotidienne, entre la machine à laver, la douche, les toilettes, le brossage de dents, l’eau que l’on boit (accessoirement)…. Bref, un français utilisait en moyenne 145L d’eau par jour en 2012. Ça fait déjà un sacré chiffre… Mais ça va vite, quand on sait qu’une douche consomme 6L d’eau par minute (soit 90L pour une douche de 15 minutes), 150L pour un bain, 20L pour un programme classique de lave-vaisselle, 40L pour un lave-linge,…

Ce que l’on consomme réellement

Mais il y a aussi l’empreinte cachée, et c’est de ça dont on va parler principalement. L’empreinte cachée, correspond à la quantité totale d’eau utilisée de manière indirecte pour produire nos biens de consommations, se chauffer ou s’éclairer ou encore s’alimenter. Et là, la facture est sacrément plus élevée,… 1635L en moyenne par jour et par Français,…

Finalement, près de 94% de la consommation quotidienne en eau du Français moyen est invisible à nos yeux. C’est l’eau qui aura été utilisée pour faire pousser le coton avec lequel on se démaquille ou qui nous habille, l’eau qui aura servi à faire pousser nos légumes, ou produire notre steak, à construire notre maison ou encore à nous chauffer.

Mais, c’est une moyenne, hein. On ne consomme pas forcément 1635L d’eau par jour… Par exemple, aujourd’hui, je décide d’aller me promener avec des copines en ville. Je me lève, déjeune avec une tasse de thé (27L), une poignée d’oléagineux (222.5L) et une pomme (79L) parce que bon, je fais attention, je sais que je vais me faire péter le bide au resto (genre,…). Ensuite, je prend une douche (90L) et je me lave les dents (5L). Allez, je suis en retard, je me dépêche, je suis écolo, je prend mon vélo acheté d’occasion,… Je rejoint les copines et on se promène devant les magasins,… Et là, je passe devant un superbe petit haut en coton blanc ! Ni une, ni deux, je l’achète (2495L) et puis, au passage, je me fais plaisir avec un jean (8000L)… On s’arrête manger un morceau et je me fais plaisir avec une pizza margherita (1259L), un verre de vin (109L) et une tasse de café (132L). Je rentre chez moi, je lance une machine à laver (40L),…..

https://www.planetoscope.com/widget.php?id=239&f=1

Et pas que…

Bref ! Les 1635L sont LARGEMENT dépassés et ma journée n’est même pas encore terminée,… Et non seulement, on utilise une quantité d’eau phénoménale sans même s’en rendre compte, mais en plus on pollue ces eaux ! J’en ai déjà parlé dans l’article sur la mode, mais le coton est l’une des culture les plus polluantes et toxiques pour notre environnement. Pour un T-shirt en coton, c’est à peu près 2kg de toxiques rejetés dans la nature. Les eaux utilisées dans les élevages intensifs sont aussi, pour beaucoup, rejetées dans la nature, enrichies en azote et phosphore (qui causent une eutrophisation des eaux, donc la croissance excessives de certaines algues entrainant ainsi l’asphyxie des milieux marins), et avec quelques produits toxiques en prime, sinon c’est pas drôle. Sans parler de l’eau utilisée pour produire les matières plastiques,…

On peut aussi mentionner les pays où il est moins cher d’acheter des boissons gazeuses (Hello Coca…) que de l’eau. Le Mexique par exemple, permet à Coca Cola d’exploiter ses ressources en eau, de déverser les eaux usées dans la nature sans retraitement, alors que plus de 12 millions d’habitants n’ont pas accès à l’eau potable. On notera aussi que l’eau en bouteille coute plus cher qu’une bouteille de Cola et que le pays compte 70% de sa population en surpoids,…

Mais alors, comment on peut faire ?

Là, les données parlent principalement de biens produits à l’étranger (donc une partie de l’empreinte eau est liée au transport). En achetant des produits français, tu diminue déjà pas mal ton empreinte. On estime que 40% de notre empreinte eau est produite hors de France. Donc tes oléagineux, tu favorises les noix et noisettes par exemple, qui viennent principalement de France et tu évites les cacahuètes, amandes,… Le pire étant peut-être les noix de cajou (ramassées en Côte d’Ivoire, transportées jusqu’en Inde pour être ouvertes, retransportées jusqu’au Pays-Bas pour être emballées,…), T’as compris le topo quoi,… On privilégie évidement les fruits et légumes locaux et de saisons, là tu divises presque ton empreinte par deux,… La viande de bœuf est peut-être l’aliment avec l’empreinte eau la plus forte (15415L au kg…). Mais là on parle principalement des élevages industriels. Si tu achètes ta viande direct au producteur, ce n’est plus la même (même si évidement, ça reste énorme,…). Là où ton empreinte eau peut-être facilement réduite, c’est dans le domaine textile aussi. Choisis des marques éco-responsables ou mieux encore, l’occasion. Garde tes vêtements plus d’une saison, limite tes achats à ce dont tu as besoin, revend ou donne ce que tu n’utilise plus,… Les appareils high-tech et électro-ménagers sont aussi très gourmands en eau. Favorise les appareils en classe A+, plus économe en eau, et évite de changer de téléphone tous les quatre matins,… De même, on passe au lavable et on dit non au jetable. En plus de limiter les déchets émis, ça permet de limiter aussi notre consommation d’eau. Et non, on ne dépense quasiment pas d’eau supplémentaire en machines avec les cotons, couches, essuie-tout lavables. Ils vont en machine avec le reste. Par contre, ça fait de sacrées économies en eau pour la planète si on s’y met tous !

Bref, plein de petites actions peuvent se faire au quotidien pour diminuer ton impact sur le stress hydrique de la planète. Parce que oui, ce n’est pas toi le premier concerné par ce manque d’eau. On est d’accord, ça se passe plutôt en Afrique ou en Asie. Mais ça ne veut pas dire que tu n’as pas ton rôle à jouer. Notre façon de vivre et de consommer ici, chez nous, a un impact direct sur ce qu’il se passe là-bas ! Mais tu as aussi compris que la plus grande partie de ta consommation d’eau ne passe par ton bain ou ton robinet. Alors, même sans s’amuser à laisser couler l’eau toute la journée, si tu veux prendre un bain, profite !

Et toi, tu connaissais le concept d’empreinte cachée ?

sources : Mexique, données sur l’eau en France, empreinte eau ici et

Black Friday ou Green Friday ?

« S’il y a une chose qui m’est étrangère, c’est le shopping pour le plaisir. D’autre part, je pense qu’il est juste d’honorer tous ceux qui créent de belles choses et de donner satisfaction à ceux qui me voient les porter. « 

– Grace Kelly

Bonjour à toi, aujourd’hui, on parle de responsabilité, consommation, de flouze, de pognon, d’achats irraisonnés… oui oui, on va parler du Black Friday !

À une semaine du Black Friday, je me suis dit qu’il pourrait être intéressant de faire le point sur cette débauche d’argent et de consommation ! De voir un peu de quoi il retourne et pourquoi il pourrait être bon à la fois pour ton portefeuille, pour ta conscience et pour ta planète de l’éviter ou au moins de le transformer.

Le Black Friday, c’est quoi ?

Oui, commençons par le début, qu’est ce que c’est, le Black Friday ?

Il s’agit d’une tradition tout droit venue des États-Unis qui prend place le vendredi suivant Thanksgiving.

En fait, Thanksgiving tombe un jeudi et la plupart des Américains profitent de ce jour férié pour rejoindre leurs familles et prendre un weekend prolongé, ce qui, contrairement à la France, n’arrive pas tous les quatre matins ! Du coup, pendant ce weekend prolongé, les américains vont profiter de leur famille, passer du temps ensemble, faire des activités, manger,… Faire plein de choses, mais pas aller dans les magasins. Du coup, les magasins tiraient la gueule, y avait plus personne ! Qu’a cela ne tienne, ils ont décidé de créer un événement avec des rabais exceptionnels pour relancer l’économie sur ce weekend là et lancer officiellement le début des achats de Noël. Le Black Friday est né. Et ce qui à la base concernait surtout la High-Tech a fini par concerner tous types de magasins…

L’impact du Black Friday

Le problème du Black Friday, c’est la surconsommation et l’achat compulsif. On va nous pousser à acheter encore et encore plutôt que de réparer, réutiliser ou recycler. Prenons l’exemple des téléphones portables. Tu savais que ton téléphone contient des minerais rares provenant de zones de conflits en Afrique (que l’Occident entretien très joyeusement afin de garder des prix bas et la main mise sur cette manne financière), que les conditions de travail des ouvriers qui fabriquent ton téléphone a 1000€ sont absolument aberrantes et que ses composants ne sont que peu ou pas recyclés (les déchets électroniques ayant atteint les 50 millions de tonnes en 2018) ? Sachant qu’en moyenne, un français change son téléphone tous les 2 ans et 59% des téléphones changés fonctionnent encore…

Pour les vêtements, même son de cloche. Sais-tu que l’industrie textile est la deuxième industrie la plus polluante, après la pétrochimie. Nous achetons 60 % de vêtements de plus qu’il y a quinze ans, alors que 85 % des textiles achetés finissent à la déchetterie. Je t’ai déjà fait un article sur la fast fashion et ses alternatives éthiques.

Moi, je ne le savais pas. Je ne cherchais pas à savoir. Mais il faut qu’on se pose tous la question, en tant qu’individus, de savoir si on veut privilégier notre « confort social »et continuer à être aveugles et sourds ou si au contraire, on va essayer de changer les choses en limitant l’achat de nouveaux appareils électroniques, en les réparant plutôt qu’en les jetant… Et ça vaut pour tous nos achats finalement.

Céline Charveriat, directrice de l’Institut européen des politiques de l’environnement, nous rappelle : « On a fait le calcul suivant : si tous les habitants de la planète consomment comme les Européens, on aura besoin de l’équivalent de trois Terre en 2050. Donc, dans les trente ans à venir, chaque Européen va devoir réduire de 80% la quantité de ressources naturelles qu’il utilise aujourd’hui ».

Alors, comment on fait ?

Ben si ta machine à laver à rendu l’âme et qu’elle est irréparables, le Black Friday te permet quand même de pas te ruiner,… Il faut aussi faire la part des choses…

Mais, regarde peut être d’abord tes autres options. Réparation ou occasion pourraient sauver ton portefeuille et alléger l’impact environnemental.

Autrement, tu as le collectif « Make Friday Green Again » qui regroupe pas moins de 450 marques et qui explique : « Nous ne voulons pas participer à cette journée infernale de surconsommation imposée par le marché. Le vrai coût de cette journée est social et environnemental. Elle rend précaires les emplois en ne rémunérant pas les fabricants, les marques et les magasins. Elle participe d’autre part au dérèglement climatique en encourageant la surproduction ». L’objectif du collectif étant aussi de donner de la visibilité à des marques éthiques et responsables encore trop peu connues, tu peux shopper chez eux ce jour là si tu as besoin de nouvelles choses. Le but de cette journée devient donc de réapprendre à consommer raisonnablement et au prix juste.

Parmi les marques engagées dans le collectif, tu trouveras Joone (couches bébé et cosmétiques femme), Archiduchesse (chaussettes made in France), The Trust Society ( boutique zéro déchet), Slowmod (friperie sur Lille), atelier Rosemood (faire-part), Marcel et Jean (tabliers), atelier Unes (mode éthique), ou encore La Vie est Belt (ceintures en pneus) ou les Raffineurs (boutique en ligne). Et bien d’autres encore !

Et toi, tu fais quoi pour le Black Friday ?