Protéger sa peau du soleil

« Here comes the sun and I say it’s alright »

– the beatles

Le soleil arrive, la chaleur avec et l’envie de se prélasser sur un drap, un livre à la main, un cocktail dans l’autre aussi ! Halala, les vacances sont bientôt là et on veut pouvoir profiter du soleil ! Enfin, je dis ça, mais j’ai plutôt tendance à me mettre à l’ombre rapidement parce que depuis quelques années, ça tape quand même vachement fort ! En tout cas, le soleil a de nombreux effets bénéfiques (synthèse de vitamine D, bonne humeur,…) mais n’oublions pas qu’il peut être particulièrement dangereux et qu’il est important de protéger notre peau ! Cependant, les crèmes solaires du marché, bien que protectrices présentent de nombreux inconvénients pour l’environnement et notre santé ! On va voir ça ensemble !

Ses effets sur le corps et sur la peau

Déjà, pourquoi on protège notre peau en fait ? On a tous envie d’être couleur steak trop cuit pourtant, non ?

Alors, déjà, de quoi on se protège ? Des UV ! Plus précisément, les UVA et UVB. Les UVC sont extrêmement toxiques, utilisés comme germicides dans les hôpitaux par exemple. Mais alors pourquoi personne n’en parle ?? COMPLOT !! Non, non, en fait, les UVC n’atteignent pas la Terre, donc pas besoin de s’en protéger ! (du coup, j’avais peut-être pas vraiment besoin d’en parler,…)

Les UVA

UVA comme Âge : petit moyen mnémotechnique pour s’en souvenir. En fait, ce sont eux qui sont les principaux responsables du vieillissement cutané. En gros, ils vont entrainer la formations des radicaux libres, qui empêchent les cellules de se régénérer, altèrent l’ADN,… Ils vont aussi altérer la qualité du derme, en diminuant le taux de collagène, donc ta peau sera plus fine, moins élastique,… bref, tu ressembleras à un pruneau séché à l’âge de 40 ans, et on ne veut pas ça ! Mais, accessoirement, depuis quelques années, on se rend compte qu’ils sont aussi responsables de cancers, principalement des carcinomes et ils favorisent l’apparition des mélanomes. Tout ce qu’on aime quoi !

Les UVB

UVB comme Bronzage : autre moyen mnémotechnique (pas la peine de me remercier…). Eux, ils sont responsables du bronzage et des coups de soleil. Ce sont eux qui créent la réaction de maillard (la réaction de quoi ?? tu vois ton steak qui cuit et devient tout grillé ?? Ben là, c’est pareil !) Du coup, grâce à eux, tu as un beau bronzage, quelques érythèmes (c’est les coups de soleil) et un beau mélanome. Et oui, il est aussi principalement responsable des cancers cutanés. Ah, et aussi, les coups de soleil : en fait c’est une nécrose des cellules l’épiderme qui vont enclencher une réaction inflammatoire, le fameux, l’unique, le coup de soleil. Voilà voilà…

On les aime hein nos UV ?

Les crèmes solaires « classiques »

Du coup, on a envie de s’en protéger de tout ça. Enfin j’imagine… Si tu es toujours adepte du mélange huile d’olive citron sur ta peau, c’est que t’as vraiment rien compris et que tu t’es vraiment gouré.e de page…

Bref, comment qu’on fait pour se protéger ? Roulement de tambour….. On met de la crème solaire ! Oui, mais laquelle ??

Parce que si on s’intéresse un peu à l’environnement (et si tu es ici, je suppose que c’est le cas,…) on sait maintenant que la plupart des filtres chimiques sont des perturbateurs endocriniens, détruisent les coraux, sont pour certains potentiellement allergisants ou cancérigènes (la logique de mettre un produit pour protéger sa peau contre un cancer pour en choper un autre à cause de la-dite crème,…). Mais, si les filtres minéraux, sont eux exempts de danger pour l’environnement, ils peuvent être absorbés par le corps lorsqu’ils sont encapsulés,… Bref, c’est le bazar !

On estime à 25000 tonnes, la quantité de crème solaire qui finit dans les océans tous les ans… Un partie de ses composés sont toxiques pour les phytoplanctons et les coraux, on retrouve des produits chimiques issus de ces crèmes dans les tissus des mammifères marins et des poissons. Jusqu’à 40% de la grande barrière de corail est détruite, et les crèmes solaires sont en partie responsables…

De plus les parfums de fleurs souvent présents dans les produits solaires, en restant à la surface, attirent les insectes pollinisateurs qui se noient..

Comment la protéger au naturel

Les crèmes dites bio

On peut trouver des crèmes de qualité qui n’auront pas de filtres chimiques, donc aucun impact sur l’environnement, mais des filtres minéraux : le dioxyde titane et l’oxyde zinc. Les deux sont parfois décriés, mais il faut s’assurer de ne pas avoir de nanoparticules dans ta crème.

Quelles crèmes choisir ?

  • Laboratoire Biarritz : on l’utilise pour les enfants depuis quelques années et on en est très contents. La formulation est top, bonne protection et elle résiste vraiment bien à l’eau. Un peu trop d’ailleurs, car elle est assez difficile à enlever à la douche ! Elle est enrichie en anti-oxydants, ce qui est un plus.
  • Niu : ma prochaine crème solaire je pense ! La formulation est vraiment au top (enfin pour une crème solaire, hein,…), pas de nanoparticules, elle a l’air vraiment pas mal. Et elle est enrichie en aloe vera et en xylitol pour l’hydratation. Et puis ils sont en train d’essayer de mettre en place un système de consigne pour leur flacon !
  • Accorelle : bonne compo et avantage, elle contient du bisabolol, qui est apaisant, pas mal après une expositions prolongée au soleil. La marque a rejoint le réseau 1% for the planet.

Je ne suis vraiment pas adepte du fait maison pour ce qui est des protections solaires. Tu peux trouver des recettes sur certains blog, mais personnellement, il s’agit d’un des rares cas où je préfère acheter un produit que le faire moi même et risquer qu’il soit mal fait. Surtout avec les enfants,…

Que faire d’autre ?

Les soins avant solaire

Avant d’aller te mettre au soleil, tu peux faire une cure de bêta-carotènes (en gros, tu manges des carottes, des tomates, des épinards, du chou Kale, des abricots, du melon,…) pour favoriser la production d’anti oxydants (qui vont lutter contre les radicaux libres).

Tu peux aussi choisir d’appliquer de l’huile de framboise tous les matins pour un effet bonne mine, anti-âge et apaisant. En plus, c’est une huile qui pénètre hyper facilement dans la peau, donc pas d’effet gras.

Après le soleil

Après l’exposition, il faut absolument réhydrater. Le top, c’est le gel d’aloé véra ! Le macérat de calendula est aussi un must-have pour apaiser et adoucir la peau.

Idée de soin express

En soin après-solaire, on mélange un tant pour tant de gel d’aloé-véra et de macérat de calendula, on applique sur tout le corps et on se repose ! Peau douce et réparée garantie !

Autrement, on peut aussi porter un T-Shirt UV, pour une protection supplémentaire et on n’oublie pas le chapeau !

J’espère que cet article t’a plu, n’hésite pas à partager ! Autrement, tu peux aussi venir me rejoindre sur Instagram @mygreen.littlelife ! A plus !

Consommation d’eau : notre empreinte cachée

“Ce n’est que lorsque le puits s’assèche que l’on découvre la valeur de l’eau »

– proverbe écossais

Haha ! Il l’air mystérieux comme ça, ce titre, hein ! Bon, je n’ai pas été vraiment présente (pas du tout même…) ces derniers mois, je m’en excuse. Ceux qui me suivent sur Insta, savent que je n’arrivais pas à avoir la motivation à partager quoi que ce soit, à écrire… Je me suis sentie très en colère, désemparée, bref, pas dans le mood ! Ça revient petit à petit, et aujourd’hui, j’avais envie de parler un peu de notre consommation d’eau ! Je sais pas si c’est la pluie dehors, ça doit m’inspirer…

D’abord, parlons de l’eau en général. L’eau des mers, océans, fleuves, rivières,… représente 71% de la surface de notre planète. Ça fait à peu près 1 milliard de km3… Bref, ça fait beaucoup beaucoup d’eau ! Sauf que 97.5% de cette eau est salée ! Tout de suite, ça en fait vachement moins, hein ! Surtout que toute l’eau que l’on utilise est de l’eau douce. Donc finalement, pour toute notre activité humaine (et y en a un paquet), on ne peut utiliser que 2.5% de l’eau disponible…

L’empreinte eau

Qu’est-ce que l’empreinte eau ? En fait c’est la quantité totale d’eau que l’on utilise chaque jour.

Ce que l’on croit consommer

L’empreinte « visible » correspond à notre consommation quotidienne, entre la machine à laver, la douche, les toilettes, le brossage de dents, l’eau que l’on boit (accessoirement)…. Bref, un français utilisait en moyenne 145L d’eau par jour en 2012. Ça fait déjà un sacré chiffre… Mais ça va vite, quand on sait qu’une douche consomme 6L d’eau par minute (soit 90L pour une douche de 15 minutes), 150L pour un bain, 20L pour un programme classique de lave-vaisselle, 40L pour un lave-linge,…

Ce que l’on consomme réellement

Mais il y a aussi l’empreinte cachée, et c’est de ça dont on va parler principalement. L’empreinte cachée, correspond à la quantité totale d’eau utilisée de manière indirecte pour produire nos biens de consommations, se chauffer ou s’éclairer ou encore s’alimenter. Et là, la facture est sacrément plus élevée,… 1635L en moyenne par jour et par Français,…

Finalement, près de 94% de la consommation quotidienne en eau du Français moyen est invisible à nos yeux. C’est l’eau qui aura été utilisée pour faire pousser le coton avec lequel on se démaquille ou qui nous habille, l’eau qui aura servi à faire pousser nos légumes, ou produire notre steak, à construire notre maison ou encore à nous chauffer.

Mais, c’est une moyenne, hein. On ne consomme pas forcément 1635L d’eau par jour… Par exemple, aujourd’hui, je décide d’aller me promener avec des copines en ville. Je me lève, déjeune avec une tasse de thé (27L), une poignée d’oléagineux (222.5L) et une pomme (79L) parce que bon, je fais attention, je sais que je vais me faire péter le bide au resto (genre,…). Ensuite, je prend une douche (90L) et je me lave les dents (5L). Allez, je suis en retard, je me dépêche, je suis écolo, je prend mon vélo acheté d’occasion,… Je rejoint les copines et on se promène devant les magasins,… Et là, je passe devant un superbe petit haut en coton blanc ! Ni une, ni deux, je l’achète (2495L) et puis, au passage, je me fais plaisir avec un jean (8000L)… On s’arrête manger un morceau et je me fais plaisir avec une pizza margherita (1259L), un verre de vin (109L) et une tasse de café (132L). Je rentre chez moi, je lance une machine à laver (40L),…..

https://www.planetoscope.com/widget.php?id=239&f=1

Et pas que…

Bref ! Les 1635L sont LARGEMENT dépassés et ma journée n’est même pas encore terminée,… Et non seulement, on utilise une quantité d’eau phénoménale sans même s’en rendre compte, mais en plus on pollue ces eaux ! J’en ai déjà parlé dans l’article sur la mode, mais le coton est l’une des culture les plus polluantes et toxiques pour notre environnement. Pour un T-shirt en coton, c’est à peu près 2kg de toxiques rejetés dans la nature. Les eaux utilisées dans les élevages intensifs sont aussi, pour beaucoup, rejetées dans la nature, enrichies en azote et phosphore (qui causent une eutrophisation des eaux, donc la croissance excessives de certaines algues entrainant ainsi l’asphyxie des milieux marins), et avec quelques produits toxiques en prime, sinon c’est pas drôle. Sans parler de l’eau utilisée pour produire les matières plastiques,…

On peut aussi mentionner les pays où il est moins cher d’acheter des boissons gazeuses (Hello Coca…) que de l’eau. Le Mexique par exemple, permet à Coca Cola d’exploiter ses ressources en eau, de déverser les eaux usées dans la nature sans retraitement, alors que plus de 12 millions d’habitants n’ont pas accès à l’eau potable. On notera aussi que l’eau en bouteille coute plus cher qu’une bouteille de Cola et que le pays compte 70% de sa population en surpoids,…

Mais alors, comment on peut faire ?

Là, les données parlent principalement de biens produits à l’étranger (donc une partie de l’empreinte eau est liée au transport). En achetant des produits français, tu diminue déjà pas mal ton empreinte. On estime que 40% de notre empreinte eau est produite hors de France. Donc tes oléagineux, tu favorises les noix et noisettes par exemple, qui viennent principalement de France et tu évites les cacahuètes, amandes,… Le pire étant peut-être les noix de cajou (ramassées en Côte d’Ivoire, transportées jusqu’en Inde pour être ouvertes, retransportées jusqu’au Pays-Bas pour être emballées,…), T’as compris le topo quoi,… On privilégie évidement les fruits et légumes locaux et de saisons, là tu divises presque ton empreinte par deux,… La viande de bœuf est peut-être l’aliment avec l’empreinte eau la plus forte (15415L au kg…). Mais là on parle principalement des élevages industriels. Si tu achètes ta viande direct au producteur, ce n’est plus la même (même si évidement, ça reste énorme,…). Là où ton empreinte eau peut-être facilement réduite, c’est dans le domaine textile aussi. Choisis des marques éco-responsables ou mieux encore, l’occasion. Garde tes vêtements plus d’une saison, limite tes achats à ce dont tu as besoin, revend ou donne ce que tu n’utilise plus,… Les appareils high-tech et électro-ménagers sont aussi très gourmands en eau. Favorise les appareils en classe A+, plus économe en eau, et évite de changer de téléphone tous les quatre matins,… De même, on passe au lavable et on dit non au jetable. En plus de limiter les déchets émis, ça permet de limiter aussi notre consommation d’eau. Et non, on ne dépense quasiment pas d’eau supplémentaire en machines avec les cotons, couches, essuie-tout lavables. Ils vont en machine avec le reste. Par contre, ça fait de sacrées économies en eau pour la planète si on s’y met tous !

Bref, plein de petites actions peuvent se faire au quotidien pour diminuer ton impact sur le stress hydrique de la planète. Parce que oui, ce n’est pas toi le premier concerné par ce manque d’eau. On est d’accord, ça se passe plutôt en Afrique ou en Asie. Mais ça ne veut pas dire que tu n’as pas ton rôle à jouer. Notre façon de vivre et de consommer ici, chez nous, a un impact direct sur ce qu’il se passe là-bas ! Mais tu as aussi compris que la plus grande partie de ta consommation d’eau ne passe par ton bain ou ton robinet. Alors, même sans s’amuser à laisser couler l’eau toute la journée, si tu veux prendre un bain, profite !

Et toi, tu connaissais le concept d’empreinte cachée ?

sources : Mexique, données sur l’eau en France, empreinte eau ici et

Black Friday ou Green Friday ?

« S’il y a une chose qui m’est étrangère, c’est le shopping pour le plaisir. D’autre part, je pense qu’il est juste d’honorer tous ceux qui créent de belles choses et de donner satisfaction à ceux qui me voient les porter. « 

– Grace Kelly

Bonjour à toi, aujourd’hui, on parle de responsabilité, consommation, de flouze, de pognon, d’achats irraisonnés… oui oui, on va parler du Black Friday !

À une semaine du Black Friday, je me suis dit qu’il pourrait être intéressant de faire le point sur cette débauche d’argent et de consommation ! De voir un peu de quoi il retourne et pourquoi il pourrait être bon à la fois pour ton portefeuille, pour ta conscience et pour ta planète de l’éviter ou au moins de le transformer.

Le Black Friday, c’est quoi ?

Oui, commençons par le début, qu’est ce que c’est, le Black Friday ?

Il s’agit d’une tradition tout droit venue des États-Unis qui prend place le vendredi suivant Thanksgiving.

En fait, Thanksgiving tombe un jeudi et la plupart des Américains profitent de ce jour férié pour rejoindre leurs familles et prendre un weekend prolongé, ce qui, contrairement à la France, n’arrive pas tous les quatre matins ! Du coup, pendant ce weekend prolongé, les américains vont profiter de leur famille, passer du temps ensemble, faire des activités, manger,… Faire plein de choses, mais pas aller dans les magasins. Du coup, les magasins tiraient la gueule, y avait plus personne ! Qu’a cela ne tienne, ils ont décidé de créer un événement avec des rabais exceptionnels pour relancer l’économie sur ce weekend là et lancer officiellement le début des achats de Noël. Le Black Friday est né. Et ce qui à la base concernait surtout la High-Tech a fini par concerner tous types de magasins…

L’impact du Black Friday

Le problème du Black Friday, c’est la surconsommation et l’achat compulsif. On va nous pousser à acheter encore et encore plutôt que de réparer, réutiliser ou recycler. Prenons l’exemple des téléphones portables. Tu savais que ton téléphone contient des minerais rares provenant de zones de conflits en Afrique (que l’Occident entretien très joyeusement afin de garder des prix bas et la main mise sur cette manne financière), que les conditions de travail des ouvriers qui fabriquent ton téléphone a 1000€ sont absolument aberrantes et que ses composants ne sont que peu ou pas recyclés (les déchets électroniques ayant atteint les 50 millions de tonnes en 2018) ? Sachant qu’en moyenne, un français change son téléphone tous les 2 ans et 59% des téléphones changés fonctionnent encore…

Pour les vêtements, même son de cloche. Sais-tu que l’industrie textile est la deuxième industrie la plus polluante, après la pétrochimie. Nous achetons 60 % de vêtements de plus qu’il y a quinze ans, alors que 85 % des textiles achetés finissent à la déchetterie. Je t’ai déjà fait un article sur la fast fashion et ses alternatives éthiques.

Moi, je ne le savais pas. Je ne cherchais pas à savoir. Mais il faut qu’on se pose tous la question, en tant qu’individus, de savoir si on veut privilégier notre « confort social »et continuer à être aveugles et sourds ou si au contraire, on va essayer de changer les choses en limitant l’achat de nouveaux appareils électroniques, en les réparant plutôt qu’en les jetant… Et ça vaut pour tous nos achats finalement.

Céline Charveriat, directrice de l’Institut européen des politiques de l’environnement, nous rappelle : « On a fait le calcul suivant : si tous les habitants de la planète consomment comme les Européens, on aura besoin de l’équivalent de trois Terre en 2050. Donc, dans les trente ans à venir, chaque Européen va devoir réduire de 80% la quantité de ressources naturelles qu’il utilise aujourd’hui ».

Alors, comment on fait ?

Ben si ta machine à laver à rendu l’âme et qu’elle est irréparables, le Black Friday te permet quand même de pas te ruiner,… Il faut aussi faire la part des choses…

Mais, regarde peut être d’abord tes autres options. Réparation ou occasion pourraient sauver ton portefeuille et alléger l’impact environnemental.

Autrement, tu as le collectif « Make Friday Green Again » qui regroupe pas moins de 450 marques et qui explique : « Nous ne voulons pas participer à cette journée infernale de surconsommation imposée par le marché. Le vrai coût de cette journée est social et environnemental. Elle rend précaires les emplois en ne rémunérant pas les fabricants, les marques et les magasins. Elle participe d’autre part au dérèglement climatique en encourageant la surproduction ». L’objectif du collectif étant aussi de donner de la visibilité à des marques éthiques et responsables encore trop peu connues, tu peux shopper chez eux ce jour là si tu as besoin de nouvelles choses. Le but de cette journée devient donc de réapprendre à consommer raisonnablement et au prix juste.

Parmi les marques engagées dans le collectif, tu trouveras Joone (couches bébé et cosmétiques femme), Archiduchesse (chaussettes made in France), The Trust Society ( boutique zéro déchet), Slowmod (friperie sur Lille), atelier Rosemood (faire-part), Marcel et Jean (tabliers), atelier Unes (mode éthique), ou encore La Vie est Belt (ceintures en pneus) ou les Raffineurs (boutique en ligne). Et bien d’autres encore !

Et toi, tu fais quoi pour le Black Friday ?

La cuisine zéro déchet : le vrac

Quand les citoyens pensent, le parlement et le gouvernement commencent à penser.

Mikhaïl Gorbatchev

Salut à toi, aujourd’hui on parle réduction des déchets dans la cuisine ! Comment mettre la poubelle au régime ?

Lorsqu’on a commencé notre démarche zéro déchets, on a voulu savoir un peu ce qui remplissait notre poubelle si vite. On n’avait pas l’impression de gaspiller tant que ça, donc qu’est ce que ça pouvait bien être ?

Qu’y a t’il dans notre poubelle ?

Eh bien – chez nous en tout cas – c’était principalement les emballages alimentaires en tout genre (suremballages des gros volumes, barquette plastique de viande, de fromage, emballages des fruits et légumes…) et les déchets organiques (entend par là : les épluchures et autres trognons).

Et voilà nos deux premiers et principaux chevaux de bataille : j’ai nommé Vrac et Compost !

Du coup, la suite logique a été de dire : ok, donc en fait, on remplit notre poubelle de plastique qui n’ont servis que pour le transport de mes produits ? Et que je paye en plus ! Parceque, faut pas se leurrer, les gentils industriels, ils ne l’offrent pas l’emballage plastique…. C’est littéralement de l’argent que je jette en arrivant chez moi. Sympa !

Mais alors comment faire ? Le vrac, ma petite dame (ou mon bon monsieur, je suis pas sexiste) !

Le vrac, qu’est ce que c’est ?

Le vrac consiste à ne plus faire appel aux emballages plastiques divers et se servir directement la quantité que l’on souhaite dans un emballage réutilisable (sachet papier fourni sur place, sac à vrac en tissu, bocaux…). Le double avantage étant que non seulement on ne prend que la quantité dont on a besoin, mais en plus, ça coûte vachement moins cher !

Alors, oui ça demande un certain changement de nos habitudes de consommation et de notre façon de faire les courses. Pour ma part, je voulais fuir les grandes surfaces. Ne plus mettre les pieds en supermarché ! Autant pour une raison éthique (je trouve qu’ils tuent les petits commerces qui font vivre les villes et villages, détruisent par la même occasion des emplois, se fichent de nous avec leurs soit disant prix bas, et exploitent les agriculteurs jusqu’à la moelle) que pour une raison de confort (qui prend plaisir à aller s’enfermer toutes les semaines dans un immense hangar, rempli de monde, à faire des kilomètres pour trouver les pâtes qui ont encore changé de rayon, à faire la queue pendant des heures aux caisses ??). Ça demande aussi un chouia plus d’organisation, mais il suffit juste de penser à prendre ses contenants en avance, ça va, c’est pas insurmontable !

Où peut-on trouver du vrac ?

De plus en plus, on trouve du vrac un peu partout. Les supermarchés s’y sont mis, on le trouve en magasin bio type Satoriz, la Vie Claire ou encore Biocoop. Il y a des chaines spécialisées dans le vrac comme les Day by Day. Ou si tu as de la chance, tu as peut être une petite épicerie de vrac à côté de chez toi ! Un site recense une bonne partie des magasins de vrac sur la métropole, c’est cartovrac.

Si le problème de la tare te fait peur, n’hésite pas à poser la question à ton magasin, ils se feront un plaisir de te répondre ! Le plus simple est de venir avec un sachet papier réutilisable ou un sachet en tissu, ça ne pèse presque rien, ça n’a pas ou peu d’impact sur le poids final. Certains magasins te laissent venir avec tes contenants solides, donc plus lourd. Il suffit de passer en caisse avant de se servir pour les tarer et noter le poids. Lors du paiement, on retire juste le poids indiqué des contenants. Je trouve que c’est un peu plus contraignant, mais chacun fait comme il veut !

Chez tes commerçants de quartier aussi, le vrac peut être à l’honneur. N’hésite pas à y aller avec tes propres contenants, d’expérience, ça passe plutôt bien en général ! Nous, on a hésité longtemps, on avait peur de passer pour des huluberlus, mais finalement, on s’est rendu compte qu’ils avaient l’habitude et quand par malheur, on y va en ayant oublié un contenant, c’est la bouchère qui nous reprends ! 😃 Le pain, le fromage et la viande sont faciles à mettre en contenants, nos commerçants proposent aussi les oeufs et des pâtes fraîches, la crème et le fromage blanc en vrac, un paquet de choses en fait !

tu peux aussi trouver de plus en plus des sites internet qui proposent la livraison de produits en vrac avec des emballages consignés comme Vracn’Roll par exemple.

Est ce que ça coûte plus cher ?

Non. Tout simplement, non !

C’est sûr que si tu achètes du Bio en supermarché, tu vas payer une blinde, vu les marges pratiquées… Mais si tu pars sur du vrac, en moyenne, c’est moins cher. De plus, ne plus acheter de produits transformés, mais cuisiner des produits bruts permet de moins gaspiller. Donc finalement, tu gaspilles aussi moins d’argent. Ce qui va coûter plus cher en vrac, ça va être les préparations toutes prêtes type les mélanges de semoule pour couscous, les petits gâteaux secs… Il faut aussi réapprendre à cuisiner et ne pas se dire que ça va être une perte de temps. Enfin, ça, ce n’est que mon avis, hein ! Mais savoir exactement ce qu’on met dans notre assiette, et donc dans notre corps, je ne pense pas que ça puisse être considéré comme une perte de temps. Si t’aimes les cookies mais que t’as la flemme de refaire de la pâte toutes les semaines, ce qui se comprend, fais en grande quantité et congèle la pâte. Elle se congèle très bien et quand tu vois que t’arrives au fond de ta boîte, hop, tu sors du congélo et direction le four ! Ça prend 5 minutes à faire, on ne peut pas parler de perte de temps !

Pareil pour les semoule aromatisées. Ce que je fais, c’est que je regarde les étiquettes sur les silos à vrac pour regarder les ingrédients. Comme c’est noté par ordre de présence dans la préparation, ça te donne une petite idée de quoi mettre et dans quelle proportion. Je prend ma semoule nature et quand je rentre chez moi, je reproduit le mélange avec ce que j’ai dans mes placards, ou acheté exprès. Sur le coup, le montant aura été peut être plus important que si je m’était contenté d’acheter ma semoule préparée, sauf que j’en aurai assez pour re-préparer d’autres mélanges et sur le moyen terme, ça me coûte beaucoup moins cher !

La bonne idée, c’est aussi d’aller directement chez les producteurs. Pas d’emballages superflus, des produits ultra frais (souvent pas en bio, mais plutôt en agriculture raisonnée, ce qui est déjà bien), on paye directement le producteur et pas 50 intermédiaires et c’est en général le même prix, voire moins cher qu’en grande surface. Les fruits et légumes qui n’ont pas fait 2000km pour finir dans ton assiette, franchement, ça n’a pas le même goût ! Après, c’est sûr, il faut réapprendre à manger local et de saison. C’est à dire accepter de ne pas manger des bananes ou ananas toutes les semaines, pas de tomates ou de fraises en hiver,… Vivre avec les saisons, quoi !

Pour savoir où trouver tes producteurs locaux, tu peux visiter le site de Mon Producteur. Pour les habitants de Lyon et sa région, je vous invite à voir avec Maréchal Fraicheur (paniers de fruits et légumes en livraison en points relais, sans engagements et produits locaux) et Gayet BLAD ( producteur bio de Saint Laurent de Chamousset qui livre à domicile les mercredi et jeudi)

Sauter le pas est peut être l’étape la plus difficile, après, comme je disais, il faut juste un peu d’organisation !

Et toi, prêt à sauter le pas ? Ou tu t’y es déjà mis ? Dis moi ça dans les commentaires !

La droguerie écologique

Si vous pensez que vous êtes trop petit pour changer quoique ce soit, essayez donc de dormir avec un moustique dans votre chambre.

– Betty Reese

Bonjour à toi, aujourd’hui, on parle ménage !

On ne va pas se mentir, faire le ménage, ce n’est pas fun. En plus, choisir le bon produit, adapté à la bonne pièce, avec la bonne action, qui sent bon, qui désinfecte,… ça prend du temps… Et de la place ! Ben oui, entre le gel WC, le pschitt pour le carrelage de salle de bain, celui pour la cuisine (parce que bizarrement, c’est pas toujours le même, à croire que les carrelages ne réagissent pas pareil…), le produit pour l’évier, pour le sol, pour les surfaces fragiles, le produit vaisselle, la lessive,… Il faut l’équivalent d’un appart à Paris une pièce entière juste pour stocker le bazar !

Et si je te disais que tu peux faire toute ta maison avec seulement 6 produits de base ? En plus, c’est tout bénéf’ : tu dépenses vachement moins d’argent, tu ne pollues pas ton petit nid douillet et tu gagnes de la place dans tes placards ! Yeepee !

Les basiques

Le bicarbonate de soude

La star de ton intérieur éco-responsable ! Il est écologique et économique, biodégradable et produit à partir de matières premières quasi inépuisables (ne nous avançons pas trop, connaissant la nature humaine, on est encore capable de faire des catastrophes avec du sel et de la craie…). Aussi appelé bicarbonate de sodium, ou baking soda pour les anglo saxons, il a toutes les qualités pour figurer dans ta top liste de produits à avoir chez toi !

Alors à quoi il sert ? A presque tout en fait,… c’est un agent nettoyant, adoucissant, abrasif, régulateur de pH, désodorisant, assainissant, anti-calcaire, fongicide,… Il fait tout je te dis ! Tu pourras aussi facilement l’utiliser dans tes recettes home-made de cosmétiques, dans ta cuisine, pour tes animaux,…

Par contre, à savoir qu’il existe 3 types différents de bicarbonates : le technique, l’alimentaire et le médicinal. Le bicarbonate de soude alimentaire (indiqué FCC), peut être utilisé pour tout usage, qu’il soit alimentaire ou ménager. Par contre, le bicarbonate technique est plus abrasif (moins pur quoi) et doit être réservé aux tâches ménagères. Le médicinal est le plus fin et le plus pur et coûte une blinde donc pas besoin d’en parler ici…

Les cristaux de soude

Comme son copain, malgré son nom barbare, il est issu de matières premières naturelles et disponibles en trèèèèèèès grandes quantités (bonjour le sel et la craie !) et est entièrement biodégradable et économique. Il a aussi de nombreux usages mais nécessitera peut-être un tout petit peu plus de précaution d’emploi. Bien aérer ou porter un masque pendant sa manipulation par exemple car il peut être plus irritant pour les yeux ou les voies respiratoires. Mais ne prend pas peur, il est quand même super cool à utiliser !

Il va te servir principalement comme dégraissant (tant dans la cuisine que pour le linge) et est un excellent déboucheur pour les toilettes. Il va être aussi très pratique pour nettoyer les surfaces fortement encrassées comme la hotte ou la porte du four, pour adoucir l’eau ou encore pour faciliter le décollage du papier peint ou des vieille peintures.

Le vinaigre blanc

Tout comme le bicarbonate, c’est vraiment LE produit multi usage par excellence ! Toujours 100% naturel et bio dégradable, il est issu de la fermentation de végétaux tels que la betterave ou la canne à sucre.

Il va être principalement utilisé comme anti-calcaire. C’est un excellent détartrant et nettoyant pour les vitres. On va aussi l’utiliser dans la machine à laver pour adoucir ou encore en vinaigre de rinçage dans le lave vaisselle.

Qu’en est-il du mélange bicarbonate + vinaigre ?

On retrouve un peu partout des recettes de produits ménager qui conseillent de mélanger les deux produits. Mais est-ce vraiment efficace ?

Pas vraiment en fait… Explications. Quand tu mélanges du bicarbonate et du vinaigre (donc acide acétique), tu obtiens la réaction suivante : Bicarbonate de sodium + acide acétique donne dioxyde de carbone + eau + acétate de sodium (ou encore NaHCO3 + CH3 COOH —> CO2 + H2O + CH3 COONa si tu veux te la péter en mode prof de chimie… enfin, qui voudrait se la péter en mode prof de chimie ceci dit,… spéciale dédicace à mon ours prof de chimie <3). Donc des bulles quoi ! Et un peu d’acétate de sodium qui n’a pas de propriétés particulières, à part celle d’être légèrement irritant, donc évites de t’en balancer dans les yeux, ça pique ! C’est une réaction acido-basique qui neutralise l’effet acide ou basique des produits. L’efficacité relative que l’on peut constater lorsqu’on les mélange vient surtout du fait qu’ils sont souvent mal dosés et qu’à la fin de la réaction, il restera soit du vinaigre (acide), soit du bicarbonate (basique). Pas vraiment d’intérêt donc.

MAIS ! On peut conseiller ce mélange dans le cas où l’effervescence est justement l’effet recherché. Pour déboucher des canalisations par exemple ou pour nettoyer la porte du four très encrassées. Là, l’effervescence va aider à décoller les graisses et est donc utile. Autrement, on passe !

Le savon de Marseille

C’est Ze savon, celui que tout le monde connait ! Et pourtant, plus de 90% des savons dits de Marseille sur le marché sont faux ! En effet, personne n’a jamais pensé à déposer la marque ! Il a l’avantage de pouvoir être utilisé partout dans la maison : en savon pour le corps (même si personnellement, je ne le recommande pas, je le trouve trop décapant pour ma petite peau sensible…), pour la lessive, pour le sol, pour la vaisselle à la main, pour tout ce qui se nettoie quoi !

Mais alors qu’est-ce qui distingue un vrai d’un faux ? L’huile ma bonne dame (ou bon monsieur, hein !). En effet, à la base, le savon de Marseille, c’est 72% minimum d’huile d’olive et de la soude caustique. Point. C’est tout. Maintenant, c’est surtout 72% d’huile(quand t’es chanceux) et de la soude caustique. Et parfois un peu de glycérine végétale. Je te ferai un article complet sur le sujet, parce qu’il y a un paquet de choses à dire sur le savon de Marseille. Mais ce qui est à retenir, c’est que s’il est blanc, tu n’as pas d’huile d’olive dedans, ou peu, mais surtout de l’huile de palme. ET il n’y a que 4 savonneries en France, reconnues comme fabriquant le « vrai » savon de Marseille : Marius Fabre, Le Sérail, Le Fer à cheval et la Savonnerie du Midi. Même si eux aussi proposent du savon blanc, donc, il faut quand même faire attention.

L’acide citrique

L’acide citrique est peu connu et pourtant, il est redoutablement efficace ! Il est fabriqué à partir de matière première entièrement naturelles (il est naturellement présent dans le jus de citron par exemple) et est totalement biodégradable.

Son super-pouvoir ? C’est Ze détartrant ! Il va être un anti calcaire surpuissant et est super aussi pour enlever les tâches de rouille. C’est aussi un bon fongicide et bactéricide. Tu vas pouvoir l’utiliser pour détartrer ta machine à laver, ta bouilloire, ton évier ou encore rattraper le fond brûlé de ta casserole en inox.

Les petits plus

On en a fini avec les produits que je trouve vraiment indispensables dans le ménage au naturel. Mais tu as encore plusieurs autres produits multi-usages qui peuvent bien te servir, en voici une petite liste.

Le percarbonate de soude

Un autre agent multi-usage très efficace dans ton chez toi ! Il est fabriqué à partir de carbonate de sodium et de peroxyde d’hydrogène. Ce sont des noms barbares pour dire qu’il provient de matières naturelles comme le sel, la craie et l’eau ! Aussi appelé « eau oxygénée solide », il est la star des lessives ! (plutôt pour le linge blanc d’ailleurs…)

Niveau propriété, c’est un excellent détachant et blanchissant (la star des lessives je te dis ! ). Il est parfait pour faire disparaître les tâches de vin, d’herbe, de thé, de café, de transpiration,… Mais pas que ! C’est aussi un puissant nettoyant, dégraissant, désodorisant, purifiant (parfait pour les joints de salle de bain)…

Attention cependant à ne pas l’utiliser sur du linge fragile comme les lainages, ou sur des couleurs non stables (faites maison par exemple) !

Le savon noir

Il va avoir les mêmes propriétés que son cousin de Marseille et est aussi à base d’huile d’olive. Il sont relativement similaire, mais j’aime bien l’avoir dans mes placards, car contrairement au marseillais, il va être plutôt sous forme liquide ou pâte et du coup, plus pratique à incorporer dans des préparation comme le liquide vaisselle ou la lessive.

Les huiles essentielles

Alors, vaste sujet que les huiles essentielles, j’en reparlerai trèèèès en détail un peu plus tard. Mais ce qu’il est important à savoir c’est que certes les HE sont naturelles mais leur usage n’est pas anodin et il ne faut PAS les utiliser pour parfumer ! Vu leur prix, c’est inutile et très couteux. Elles vont être là pour un usage spécifique, lié à leur propriétés fongicide, purifiante, antibactérienne, antiseptique ou autre. De plus, elle ne sont pas miscibles dans l’eau, donc totalement useless dans tous les mélanges aqueux… Certaines huiles essentielles sont neurotoxiques ou toxiques pour le foie, il faut toujours garder en tête de les manipuler et les doser avec précaution.

Pour celles qui sont intéressantes pour le ménage au naturel, je peux te citer le Tea Tree (fongicide, parasiticide, antiviral et antibactérien), le citron (antiviral, antiseptique et antibactérien) et la lavande aspic (antiseptique, bactéricide et fongicide).

Je pense qu’on a fait le tour de tes produits naturels pour garder ta maison propre. Il y en a d’autres bien sûr, mais ceux-là sont vraiment dans la hit-list ! Et toi, quel est ton produit chouchou ?

La mode éthique

La mode se démode, le style jamais

– Coco Chanel

Bonjour à toi, aujourd’hui, j’avais envie de parler mode ! Cette semaine, c’est la fashion week, je me suis dit que c’était le bon moment pour se poser des questions sur notre façon de consommer les fringues.

Une horreur écologique et éthique

Savais-tu que l’industrie de la mode est le 2ème plus gros pollueur derrière le pétrole ? D’ailleurs, bon nombre de nos vêtements sont aussi issus du pétrole,… Le problème vient de ce qu’on appelle la « fast fashion », comme le fast food mais pour les fringues. Le macdo des fringues quoi… Vite acheté parce que c’est cool c’est en solde / promo / black friday / liquidation…. porté une ou deux fois puis abandonné au fond du placard. On l’a toutes et tous fait ! C’est tellement difficile de résister aux sirènes de la promo et du marketing. Et en plus, la mode change plus de 6 fois par an ! Si on veut rester à la page, on a intérêt à en consommer de la fringue ! En plus, franchement, qui dit non à un petit top trop mignon chez Primark à 4€ (en promo en plus, c’est trop bien !!!) ou à une jolie robe chez Zara à 15€ (elle aussi en solde, on fait des super affaires !!!) Tant pis si elle est un peu petite, de toute façon, on doit perdre du poids, ça motivera à faire un régime…. Et finalement, 3 ans plus tard, la robe en question n’a jamais été portée, t’as pris du poids et t’as plus de place dans ton placard en râlant tous les matins que tu n’as rien à te mettre… Ça te ne rappelle rien ?

Du coup, tes placards débordent et les décharges sont saturées de textiles (issu du pétrole tu te rappelles ? donc bien polluants). Pas cool. Mais ça, c’est que la partie visible de l’iceberg. Qu’en est-il de tout ce que l’on ne voit pas ? Les conditions de travail quasi inhumaines des enfants et des femmes au Bangladesh (pour ne citer que ce pays, mais c’est pas le seul hein !) ? Tu te rappelles du Rana Plaza ? Mais si ce bâtiment dans lequel travaillaient des milliers d’ouvriers pour Zara, Benetton et compagnie qui s’est écroulé en ensevelissant tout le monde (enfants compris, hein, parce que t’as bien compris maintenant que ta robe pas chère, elle est fabriquée par un gamin de 8 ans…). Ou encore la culture désastreuse du coton en Inde avec tout ce que ça implique d’utilisation de pesticides (pulvérisés par des ouvriers sans protections aucune et qui développent de terribles maladies) ? Sans compter l’impact écologique : 10% de la consommation mondiale de pesticides vient de la production de coton, 70% des cours d’eau chinois sont pollués à cause de l’industrie du textile…. Tu la regardes d’un autre œil maintenant ta jolie robe de chez Zara, hein ?

Après, je parle de Zara et Primark, mais soyons honnête, hein, la liste est looooooogue : Pimkie, Uniqlo, Jennifer, Mango, TopShop, H&M, Bershka, Pull&Bear, New Look, Forever 21,…. On peut continuer encore longtemps,…

Mais et pourquoi on fait ça au juste ? Qu’est-ce qui nous pousse à craquer juste pour ces jolies bottines pas chères ? Ou encore ce beau manteau camel ( j’en ai pas de cette couleur ) ? Tout simplement parce que nous avons été conditionnés depuis plus de 50 ans à penser que notre bonheur réside dans notre consommation. Si on achète alors on est heureux. Qui n’a pas eu cette petite décharge de plaisir au moment de payer ; à avoir cette sensation d’entière satisfaction de posséder un nouvel item ? Avec la mode, en plus c’est facile, c’est peu cher et cerise sur le gâteau on peut le montrer à tout le monde ! La société de surconsommation dans laquelle nous vivons nous incite à penser que notre bonheur passe par l’acte d’achat et par le regard des autres.

Et tu vas me dire maintenant, que tout ça, c’est bien beau, mais t’as quand même pas envie de passer ta vie en sarouel, de te faire des dreadlocks et de fumer de la marie-jeanne (quoi que…). Et je vais te répondre que des solutions, il y en a un paquet ! T’inquiète, jeune padawan, je ne vais pas te laisser te noyer tout seul dans ta collection de vieilles chaussettes, on va faire ça ensemble !

Première solution : la réutilisation !

Ne pas acheter neuf. Je ne te dis pas d’aller acheter de vieux vêtements tout pourris avec des trous et des mites, non plus ! Mais on trouve de plus en plus de friperies d’occasion avec de jolies pièces, peu chères du coup, mais qui ne recréent pas de déchets de fabrication. En plus, souvent, ces friperies sont en lien avec des associations, donc tu fais un beau geste pour la planète et pour autrui, magique ! Autrement, tu as aussi Vinted, qui est personnellement mon nouveau Graal. Tu trouves de tout, souvent même jamais porté avec encore l’étiquette. C’est là-dessus que je me fourni pour les vêtements de mon fils (parce que soyons honnête, les vêtements éthiques, ça coute un bras quand on sait qu’il va porter ses fringues 6 mois max….) et pour mes vêtements de grossesse. Et quand tu les utilises plus, tu les revend ! Double effet Kiss Kool ! Autre solution, Le Closet qui te permet de louer tes vêtements ! C’est un abonnement qui te propose des box envoyées chez toi avec de nouveaux vêtements à chaque fois. Ça prend pas de place dans ton placard, t’as toujours des fringues différentes et pas de frais de pressing parce que c’est eux qui le prennent en charge. En plus, aux changements de collections, tu peux acheter leur stock à des prix défiant toute concurrence.

Deuxième solution : les marques éthiques

Parce que dans l’industrie de la mode, il existe quand même des gens qui ont du cœur, il existe des marques très sympa qui proposent des pièces superbes. C’est sûr que niveau budget, c’est pas la même limonade. Mais le but est aussi de se questionner sur notre consommation et notre besoin d’achat. Il vaut peut être mieux une belle pièce de belle qualité que tu porteras longtemps que 4 que tu ne mettras qu’une fois et qui s’abimeront vite, non ? Personnellement, je me fais plaisir une ou deux fois par an avec un beau vêtement qui me fait vraiment envie. Le reste, si besoin, passera par la première solution, la réutilisation.

Niveau marque maintenant ! Je ne te fais pas une liste exhaustive, parce que ça serait vraiment trop long. Et tout dépend aussi de tes priorités, est ce que tu veux tes vêtements en matière naturelle, végan, fabriqués localement, équitables, …. ? Je vais te proposer ici quelques marques que j’aime beaucoup et t’expliquer pourquoi.

  • Maison ALFA : il s’agit d’une marque française qui utilise les tissus dévalorisés des industriels français et européens. La confection est entièrement réalisée à Lyon par une couturière indépendante. Les prix vont de 40€ à 180€ en moyenne.
  • 1083 jeans : marque française qui utilise du coton bio et /ou recyclé et tisse et assemble toutes ses pièces en France. Le prix vont de 69€ à 299€ en moyenne.
  • Carrousel : toujours une marque française qui dessine, fabrique et met au point ses vêtements dans la région Rhône Alpes en favorisant des tissus venant de France. Les prix vont de 30€ à 170€ en moyenne.
  • Justine b : encore une marque française qui fabrique à Paris, à partir de tissu certifié GOTS (un niveau très élevé en termes d’exigences environnementales, de qualités techniques non toxiques pour les humains, et de minimas sociaux est imposé). Petit plus, tu peux personnaliser ton vêtement pour l’ajuster à tes dimensions ! Les prix vont de 65€ à 185€ en moyenne.
  • People Tree : une marque britannique cette fois, pionnière dans l’industrie, qui existe depuis 1991. Elle s’engage à travailler directement avec les agriculteurs, ouvriers et producteurs et à garantir des conditions de travail décentes et équitables. La place est faite au coton bio et aux techniques les plus eco friendly possible. Les prix vont de 45€ à 170€ en moyenne.
  • Perus : une marque française de chaussures et sacs à dos qui fait fabriquer la totalité de ses produits au Pérou. On retrouve le tissu traditionnel inca dans tous les produits. Les ouvriers sont rémunérés à peu près 2x le salaire minimum local. Les prix vont de 65€ à 95€ en moyenne.

Et toi, tu connais des marques sympa à faire partager ? Si cet article te plait, n’hésites pas à laisser un commentaire !